Dad Rocks

Nous étions avec Snaevar, Nikolaj et Peter de Dad Rocks à l’occasion de ces 36e Transmusicales de Rennes en ce vendredi après midi, quelques heures avant leur concert au parc expo et c’était cool. Nous allions enfin pouvoir les voir jouer au grand complet.

Salut les gars vous étiez en Allemagne il y a encore deux jours pour une tournée, lorsque nous vous avons croisé hier vous sembliez exténués. Vous vous sentez mieux ?
S- Ouais, maintenant nous sommes reposés, nous avions roulé toute la nuit depuis Cologne, c’était long, environ 8h, 9h de route mais depuis nous avons dormi.

Qu’attendez-vous des Trans ? Rencontrer des gens, des labels ou ce genre de chose ? Quelle est l’idée ?
S- L’idée est évidemment de jouer devant un tas de français et peut-être rencontrer des programmateurs de festival aussi car il semble qu’il y a énormément de festival ici et beaucoup de spectateurs.

C’est votre but ?
S- Oui, je crois. Nous avons déjà un label ici, « Les Disques Normal » avec Martial et un booker, en l’occurrence « Wart Booking ». Ils font un super boulot pour nous.

Vous êtes presqu’ici chez vous, surtout toi Snaevar car tu es venus jouer plusieurs fois tout seul. C’est sans doute pour ça que nous sommes si contents de vous voir tous ensemble. Est-ce la première fois pour vous au complet ici à Rennes ?
N/S- Oui

Et en France ?
N/S- Nous avions déjà joué ensemble mais à 5 à Paris il y a 6 mois environ.

Ok, quelles sont les différences entre les deux disques selon vous ?
S- Nous voulions faire un disque plus « grand », ce qui nous a pris du temps.

Combien de temps justement entre les deux disques ?
S- Combien d’années ?

Soudain, rire général et petite parenthèse. Peter, le bassiste du groupe s’est arrêté tout surpris et les yeux ébahi. Nous le chambrons car il vient de se rendre compte que le petit truc carré en carton posé sur la table où nous faisons cette interview n’est pas un autocollant, mais bel et bien un paquet de préservatif. Snaevar et Nikolaj ne le ratent pas et nous non plus ! Snaevar poursuit:
S- « Mount Modern » est sorti en 2011 et celui-ci « The year of the Flesh » est sorti en septembre 2014 ici en France, donc trois ans.
N- En fait enregistrement et mastering sont prêts depuis 1 an.

Pourquoi si longtemps alors ?
S- Nous voulions l’envoyer à quelques personnes d’abord.

Vous le vouliez parfait peut-être ?
S- Non pas vraiment, il était déjà parfait en fait.

(rires) Est-ce le même groupe que sur le premier disque ?
S- Oui presque, on est juste un peu plus nombreux.

La vidéo de vous dans une chapelle (visible sur youtube) est sublime alors que vous n’êtes que quatre, nous avons vraiment hâte de vous voir à huit…
S- C’est notre première fois à huit, j’ai beaucoup de retours de mes amis de Mermonte et ils me disent tous que c’est génial que le groupe se produise ici.

Et, comment est-arrivé cette programmation?
S- Mermonte m’a invité à sa release party à l’antipode, à cette occasion j’ai rencontré Jean-Louis BROSSARD peu après alors qu’il était jury d’un tremplin. Nous avons discuté, j’ai essayé en français, il m’a demandé « c’est quoi ce groupe dans lequel tu joues ? », il m’a dit que ça avait l’air cool. Après on lui envoyé des vidéos de nos live et voilà…

Après les Transmusicales, vous avez d’autres dates de prévues ?
S- En France ?

Oui, ou en Espagne, en Italie…
S-(il réfléchit) Mmmm, non pas tout de suite.

L’année prochaine ?
S- On jouera au festival Générique (du12 au 15 février), pour 4 concerts en 4 villes.

Ce week-end, vous voulez rencontrer des gens ?
S- Oui, et je crois qu’il y toute l’industrie ici, c’est cool. Mais notre objectif 1er est de bien jouer et de plaire à tout le monde.
N- C’est cool de jouer sur une grande scène avec beaucoup de son. Hier nous avons joué pour des enfants Salle de la Cité.
S- Oui, c’est quelque chose à laquelle on ne s’attendait pas du tout. On se disait qu’il y aurait 20/30 enfants ou quelque chose comme ça.

Et les enfants ne mentent jamais…
N/S- (rires) Ils ne mentent pas, exactement .
N- Il y avait 400 enfants en furie.
S- Ouais c’était génial. Nous étions dans la peau de Justin Bieber… (rires général).

©Philippe Remond

©Philippe Remond

Avez-vous préparé quelque chose de particulier pour les Transmusicales ?
S- Heu, oui. Nous avons répété

(rires) Non, je veux dire une surprise, un invité ? Quelqu’un comme Ghislain ou…
Non, non. Pas de secrets

Ok les gars, c’est cool. Merci beaucoup et à ce soir, ça va être cool…

S/N/P- Merci à vous.Propos recueillis par Arnaud & Anthony.
Photos concert enfant par Philippe Remond.
Photo de couverture ©Nico M

Soyez le premier à commenter