Money For Rope

Samedi de la 36eme édition des TransMusicales, c’était un peu la course aux rendez vous mais nous avons eu l’occasion de discuter avec les très cool Ricky Parnaby et Julian Mckenzie de Money For Rope.

Groupe composé de Julian Mckenzie – Vox/Guitar/Sax // Rick Parnaby – Keys/Telephone // Erik Scerba – Drums/Tambourine // Chris Loftis – Kazoo/Drums // Brendan West – Bass/Rack Tom.

– Pouvez-vous vous présenter?
Nous sommes Ricky et Julian du groupe Money For Rope.

– D’où venez-vous?
De Melbourne, en Australie. Cette ville est un peu le centre musical du pays.

– Comment définiriez-vous votre son, votre univers ?
C’est une question difficile, normalement nous disons que nous jouons du garage rock mais c’est plus typé rock australien alors que le garage est américain je pense, quelque fois on dit que c’est un peu soul ou surf. Le prochain enregistrement va être différent du premier. On a un peu de mal avec la catégorie, mais en gros on joue du rock, avec des guitares et tout, qu’on enregistre en analogique.

– Que pensez-vous de la scène australienne? Il y a de bons groupes qui perçent comme Tame Impala, Pond.
Ces deux sont de Perth, c’est hyper loin de Melbourne [environ 3400 km], mais ça reste dans la lignée de ce qui se fait en Australie. Il y a aussi beaucoup de bonne musique qui vient de Melbourne, comme Courtney Barnett et Dan Luscombe, son guitariste qui joue aussi dans le groupe The Drones, avec qui on vient de tourner. Courtney est devenue assez connue maintenant. Mais l’ouest australien en particulier a une très forte scène musicale, même si Perth est une ville assez isolée. Il y a pas mal de groupes psychédéliques ces temps ci oui, mais il n’y a pas que ça. La scène musicale australienne a été un peu dictée par les décisions du gouvernement au sujet des jeux de hasard et d’argent [qui sont un vrai problème de société], c’est parfois dissuasif pour organiser des dates mais pour le moment elle est très forte.

– Est-ce que ce sont vos premières Transmusicales ?
Oui, et c’est aussi notre première fois en France. Pendant cette tournée nous avons joué en Allemagne, où nous étions déjà passé, aux Pays Bas, en Italie, en Suisse et en Belgique.

– Qu’évoque ce festival au niveau de la réputation pour vous ?
On a beaucoup entendu parler de ce festival après y avoir été programmé, surtout de la part des français qui ont tous dit que c’était un super festival, même s’il fait froid alors que d’habitude on joue l’été (rires). On nous a dit que les gens qui viennent là sont plus attentifs, ils ne viennent pas que pour faire la fête et finir ivres mais aussi pour écouter la musique et découvrir.

– Quelles sont vos attentes ?
Revenir jouer en France, idéalement en été pour connaitre plusieurs festivals dans l’année (rires).

– Que peut-on vous souhaiter?
Il y a surtout trois personnes qui écrivent dans le groupe donc on aimerait enregistrer beaucoup de choses différentes, peut être parce qu’on écoute beaucoup de styles musicaux différents, et le faire par nous même. On aimerait aussi continuer à jouer en concert. On a également des potes musiciens en Australie qui nous ont demandé de leur écrire des chansons. On aimerait être plus productifs et tourner de façon plus efficace que nous l’avons fait car nous avons passé beaucoup de temps à conduire entre les deux dates, été après été après été… (rires).

©Nico M

©Nico M

Propos recueillis par Sophie & Lucie.
Photo par Lucie  Inland
Photo du live par Nico M

Soyez le premier à commenter