Soul! – Salut les copains

Dans le cadre du festival i’m from Rennes, un tout nouveau projet a éveillé notre curiosité. Il s’agit du groupe Soul! monté à la baguette par Monsieur Romain Baousson.


Salut Romain, je savais que tu avais une passion pour la musique funk mais un peu moins pour la Soul! Quels sont tes albums préférés?

« Disons que j’aime principalement la soul des années 60, et à l’époque, c’est plus le single 45T qui compte… Je répondrais des grands classiques comme les Supremes, Smokey Robinson & The Miracles, Marvin Gaye, les Four Tops, Martha & The Vandellas…
Pour sortir un peu de la Motown je dirais Otis Redding, Aretha Franklin, Candi Staton, Etta James (que j’ai découvert il n’y a pas si longtemps grâce au documentaire sur les studios Muscle Shoals, je le conseille d’ailleurs à tout le monde).

Il y a aussi de bonnes choses actuelles en soul, notamment une grosse partie de ce que fait le label Daptone Records : je suis notamment un gros fan de Sharon Jones et de Charles Bradley. Et pour une touche plus française, le nouvel album des Bikini Machine contient quelques pépites soul à ne pas manquer (l’album « Bang On Time » sort prochainement, j’en serai d’ailleurs le batteur sur toute la tournée qui suivra sa sortie). »

Dès la première écoute, tu nous emmènes sur un son très chaleureux, les arrangements nous plongent dans les sixties, on chante, on danse et on est un peu triste devant sa radio en écoutant Tiphaine, un peu en colère avec Maëva…
On se verrait bien inviter cette fille, dans sa belle robe à pois, à danser. Il y a ce petit coté nostalgique, un poil kitch mais qui fait du bien, les paroles viennent complètement dépoussiérer tout ça.
Le projet est excitant dans son originalité et dans son élaboration.

Je peux vous dire que cet été, je n’ai pas pris de vacances !

Quand et comment est né ce projet ?

« C’est assez simple au final, j’ai eu une grosse période de « rechute » soul, Motown en particulier, et j’étais tellement fasciné par ces titres et leurs arrangements que j’ai commencé à décortiquer les morceaux, étudier les structures, les rôles de chaque instrument, traduire les paroles etc… »

Et comme je sortais d’une belle année avec Apochela (mon précédent groupe très typé « stoner »), j’avais envie de quelque chose d’un peu plus « niais ». J’ai eu l’idée de faire un genre de « Soul All Stars », d’écrire des morceaux inspirés de ces groupes et de demander à des amis de les jouer / chanter avec moi. L’idée de base aussi, c’était de faire quelque chose d’éphémère, un album et un concert unique, vraiment un beau défouloir. Ce qui était une idée flottant dans ma tête est devenu un vrai projet quand j’en ai parlé fin juin aux personnes du festival I’m From Rennes : Ils ont été emballés par le projet et m’ont programmé alors que je n’avais encore rien !

J’ai du tout faire en très peu de temps : écrire les morceaux, enregistrer une maquette sommaire, les proposer aux chanteurs / chanteuses, les voir toutes et tous pour ajuster la tonalité à leur voix, ensuite monter un groupe, trouver un studio, enregistrer les instrus, tous les chants, les arrangements (choeurs, claviers, cuivres, percussions…) puis mixer tous les titres, les masteriser, les sortir et enfin répéter pour pouvoir jouer le 3 octobre au bistrot de la cité. Je peux vous dire que cet été, je n’ai pas pris de vacances ! »

Comment sont nées les multiples collaborations sur ce projet?

« Très naturellement, je collabore très souvent avec des groupes, que ce soit en tant que musicien ou en tant que technicien, je commence à connaitre pas mal de monde. Quand j’avais une idée en tête, je l’associais immédiatement à quelqu’un, et tout le monde a dit oui au projet, donc tout s’est passé le plus simplement du monde. »

Qui compose?

« J’ai composé tous les titres. »

Chaque titre a t-il un interprète différent? Est ce que chaque interprète écrit les paroles?

« Chaque titre a un interprète différent, il y a aussi un duo. J’ai également écrit toutes les paroles, des fois sans penser à quelqu’un de précis (juste pour un garçon ou pour une fille), des fois spécialement pour des personnes (par exemple « Où Sont Cachés Les Hommes » a été écrit spécialement pour Luc).

Une chose assez drôle à préciser, il y a dans les chanteurs / chanteuses trois personnes qui n’ont jamais chanté en public, qui ne sont pas dans un groupe et qui n’avaient jamais été en studio devant un micro. Je peux en dévoiler deux déjà puisqu’ils sont sortis : Luc Harel et Tiphaine Lemou. Oui oui, ces deux chanteurs exceptionnels n’ont jamais fait de musique auparavant, et je suis très fier de leur laisser cette opportunité pour démontrer tout leur talent (et il y en a, il suffit d’écouter leur performance). Et sans faire trop de teasing, la troisième personne non-chanteuse vous étonnera tout autant, j’en suis persuadé.

Les autres ne sont pas tous chanteurs mais au moins musiciens, et je ne peux pas trop en dire, mais je suis pleinement satisfait du résultat !

En tout cas, il était important pour moi de monter ce projet en français. Déjà pour me démarquer par rapport aux singles motown déjà existants (même si bien sûr, certains titres sont des gros clins d’œils à des groupes de l’époque, tout cela est parfaitement volontaire) et surtout pour coller à leur esprit : oui, les textes de « Where Did Our Love Go » ou « Tracks Of My Tears » sont niais, mais ils parlaient aux anglophones de l’époque.

Je voulais qu’un phénomène similaire se passe avec des morceaux français : oui c’est naïf, les gens qui chantent n’ont pas écrit leur morceau, mais le plus important est l’interprétation, il fallait que les chanteurs « y croient ». »

Où avez-vous enregistré ? Combien de titres y aura t-il en tout?

« J’ai enregistré et mixé ça moi même (on est jamais mieux servi…) d’abord dans le studio de Baï, un très bon ami à moi qui est sonorisateur notamment à l’Antipode (et que je remercie encore). On a enregistré la base guitare / basse / batterie en live sans métronome dans la même pièce avec un set très réduit de micros pour coller vraiment aux conditions de l’époque. Je montrais le morceau aux gars, on le bossait 20 minutes, j’appuyais sur Record et on faisait trois prises par morceau (là aussi, comme à l’époque). On a été plutôt efficace, on a enregistré les bases des 12 morceaux en 2 jours ! Et tout le reste a été fait chez moi, à Rennes.

Je fais la batterie, les folks et les percussions, Bastien Bruneau-Larche (mon camarade bassiste dans feu Apochela qui joue actuellement dans les géniaux Madcaps) fait les basses, les pianos, les orgues et m’a filé un gros coup de main aux arrangements, Wenceslas Carrieu (Ex-membre des Wankin’Noodles d’il y a 8 ans, actuel guitariste de l’excellent groupe de Death-Metal les Cadaveric Fumes) fait les guitares électriques.

Puis mon pote Pierre Fraisse a posé les deuxièmes guitares électriques, et j’ai réquisitionné la section soufflante des feu Way Of Life pour donner un peu d’âme à toute cette histoire (Samuel Bondon, Paul Morel, Benoit Carnet, dits « Mes Champions »).
Il y a des choristes, mais je ne peux pas encore dévoiler qui en fait partie, vu qu’elles chantent également leur propre morceau.

J’ai fait le mastering avec mon ami Michaël Declerck au studio Odyssey ( son propre studio en fait). »

J’ai cru entendre qu’il y aura plein d’invités lors du 1er concert, peux tu nous en dire plus ?

« Ce n’est pas compliqué, 12 morceaux, 13 chanteurs (le duo, rappelez-vous), à part un absent tout le monde sera là, ça commence à faire du monde ! »

Après i’m from Rennes, quelle forme prendra ce projet ? D’autres live sont-ils prévus?

« A l’origine, il ne devait y avoir qu’un concert, mais l’équipe montée est tellement cool, on prend tellement de plaisir à faire ça qu’on se dit qu’il faut absolument faire d’autres concerts. D’autant plus que le groupe lui même va déjà remplir un quart du bistrot de la cité, il va surement y avoir des gens qui ne verront pas grand chose, ça donne forcément envie d’en faire d’autre, non? Donc on est complètement ouvert à l’idée, amis programmateurs, si vous voulez faire un sale coup à votre régisseur, n’hésitez pas, on est deux fois plus nombreux que Mermonte ! (que je salue au passage).

Et pour le projet, j’ai l’idée d’un vinyle qui me trotte dans la tête, j’ai quelques propositions, quelques idées, je dirais que sortir l’album en vraie galette est très probable.

D’ici là, jetez-vous sur les titres qui sortent au compte-goutte, partagez Soul! et venez nous écouter en live le 3 octobre au bistrot de la cité dans le cadre du festival I’m From Rennes (tout le festival dans votre poche ici) !!! »

Un très grand merci Romain!
Retrouvez tous les titres de Soul! sur la chaine youtube.

A.

 

Soyez le premier à commenter