Woodkid

Le concert de Woodkid ce 15 février à Rennes. C’est tout un évènement. 

On s’en rend d’autant plus compte quand, une fois arrivés bien avant le début du concert, on nous prévient que la fosse est pleine à craquer. Plus de place. Direction les gradins.

Moyenne d’âge ? 25-30 ans. Mais globalement de tout. Et le public est très pressé de voir l’artiste.
À chaque variation de lumière, ça hurle. 

Soudain, le noir total et quand les spots s’allument, on aperçoit beaucoup de monde sur la scène. Woodkid apparaît, armé de sa barbe, sa casquette et son micro. Accompagné d’un contrebassiste, un violoncelliste, quatre violonistes, deux grosses caisses et plusieurs caisses claires, un synthétiseur, un steel pan, un trompettiste, un trombone, un trombone/tuba… Pour moi, la force de Woodkid, c’est justement cet orchestre. La soirée promet d’être généreuse. 

 Une longue note, évoquant une corne de brume résonne dans la salle. 

Woodkid nous explique qu’on nous jouera en gros l’intégralité de du premier l’album et « quelques morceaux inédits, si vous êtes sages ». Oui mais être sage en concert, c’est hurler, taper du pied et sauter un peu partout. Ça tombe bien, c’est visiblement le programme prévu par la foule. 

C’est parti avec « Baltimore’s Fireflies » et « Stabat Mater« . Ils imposent leur musique, comme un empire. 

Au son de Golden Age, premier titre de l’album éponyme, une allée d’arbres en nuances de gris est projetée au fond de la scène. L’artiste nous entraîne dans un périple qui est tout sauf champêtre.

Une pause, un échange avec le public, il partage avec nous ses souvenirs de concerts à Rennes et sa joie de retrouver le public breton, qu’il dit « chaud bouillant ». « On connaît votre réputation ».  

Pour « Where I live », les violons accompagnent le public qui chante pour conclure le morceau. Le moment est émouvant. 

La foule tape des mains en choeur avec les percussions. J’ai d’ailleurs décidé que dans ma prochaine vie, je serai percussionniste. Un rythme puissant, shamanique, qui contrebalance la maîtrise quasi chirurgicale du son et des lumières. 

Sur scène, c’est l’émotion : « C’est notre premier concert depuis notre victoire de la musique, du coup c’est un peu spécial pour nous ce soir. »

Il nous dédicace une chanson d’amour, « I love you », « sans qui tout cela n’aurait pas été possible ». 

L’artiste nous parle, s’arrête pour répéter le discours d’une spectatrice « elle a dit beau gosse ! » ou rigole discrètement en chantant le début d’une chanson. L’ambiance est chaleureuse. Presque familiale. 

Pour « Conquest of Spaces », ce sont évidemment des images de l’espace qui apparaissent. Le soleil se lève derrière une planète inconnue, toute de gris vêtu. 

Il nous raconte que ça fait maintenant deux ans qu’ils tournent.  » On a beaucoup bu, tourner, serrer… Et on a fait de la musique aussi un peu. ». Que ça fait tout « bizarre de voir 5000 personnes devant lui, comme ça » sachant qu’il a écrit certains des morceaux en sous-vêtements sur son lit, dans une chambre d’hôtel pourrie. Il entonne alors le titre « Go », racontant « toutes ces choses un peu salaces » qu’il a en lui. 

Ému de chanter « Brooklyn », un EP qui lui tient particulièrement à coeur, évoquant avec nostalgie ses origines, son passé, son vécu. Une chanson ou « les gens se prennent dans les bras, même si ils ne se connaissent pas ». On nous emmène en promenade dans ce quartier New-yorkais. 

Pour « Boat Song », ça sera à la sauce steel pan, un instrument à percussion venant des Caraïbes. 

Avec « Ghost Lights », le light artist atteint le sommet de son art, une autre des grande force du show. Le jeu de lumière est en parfaite symbiose avec le son. On a presque envie de penser que « Woodkid dit, et la lumière fût ». 

Il y a quelque chose de royal, ou de divin, dans ce spectacle. Des images d’une ville imaginaire, ou sont suspendues des bannières avec les clés croisés de Woodkid, baignée dans des nuages. De l’architecture kaléidoscopique défile. Les percussions puissantes et la contrebasse d’outre-tombe. 

L’apothéose, pour moi, aura été avec le morceau « Volcano », au bout d’une heure de live. Plus électro, sans paroles, presque tribal, avec une sorte de robot projeté en mouvement avec la musique, sur le fond de la scène. Et un public hystérique. L’artiste, accompagné de quelques musiciens, saute sur place. Les gradins frappent des mains. LE moment ou j’ai tellement regretté de ne pas avoir eu accès à la fosse. 

S’en suit « Iron », le morceau phare de l’album, « je pense que vous le connaissez celui là… » et son clip inoubliable, que nous avons tous vu sur la toile. Mais sur la toile du concert, ça sera des images de fumées, en symétrie.  

À 22h22, pile, tous les gradins sont debout. Plus de musique mais le public continu de chanter, bras levés. Ça tape du pied. Alors le son reprend. Rappel. 

 » Vous êtes des coquins » nous dit l’artiste. « Moi aussi je vous aime ». Il insiste. Ému. 

On enchaîne avec « Run Boy Run ».

Puis dernière chanson du live, mais aussi de l’album : « The  Other Side ». 

1h30 de live en tout. 

Public toujours « chaud bouillant » comme il l’a dit un peu plus tôt, Yoann Lemoine, de son vrai nom, n’a pas l’air déçu des rennais. Et les rennais n’ont pas été déçu de Woodkid. Absolument, théâtralement, divinement… pas. 

 

Soyez le premier à commenter