INTERVIEW : CARPENTER BRUT AUX BARS EN TRANS

© Lucie Inland

Carpenter Brut passe ce soir (samedi 5 décembre) au 1988 Club à 23h15, dans le cadre des Bars en Trans. Il n’est pas fan d’interview mais ne les refuse pas pour autant, même avec la grippe. Nous avions plus que le quart d’heure règlementaire donc nous en avons profité pour discuter avec cet homme sarcastique et passionné.

Peux-tu te présenter ?
Carpenter Brut. Je tiens à rester anonyme pour le reste. Les gens pensent que c’est en hommage à John Carpenter mais c’est surtout au champagne Charpentier.

D’où viens-tu ?
Pas de Paris. Tout le monde me demande si je viens de cette ville pourtant, mais non ! Et qu’est-ce que ça peut faire. Est-ce que la musique devient plus intéressante si on dit que je viens de Pougne-Hérisson ? (ndlr : c’est une vraie ville, on a vérifié) D’ailleurs la plupart des groupes qui sont sur Paris viennent de province mais sont montés à la capitale pour la musique, pour essayer de percer.

Comment définirais-tu ton son, ton univers ?
Alors j’avais préparé une réponse pour cette question justement, qui était super ! * réfléchit * Donc : faut prendre Carpenter Brut comme tu prends la BO d’un film. Tu ne sais pas forcément qui l’a composé, pourquoi, comment… Mais t’en as rien à faire. T’écoutes la musique. C’est un peu la même chose que lorsque tu regardes un tableau qui te touche. Carpenter Brut, c’est un peu ça. Tu prends, tu prends pas… C’est toi qui vois. Je n’ai pas de discours à part ce que je mets dans ma musique, je construis mes morceaux comme des scénarios, avec des références à certains univers, et pour moi c’est gagné. J’essaie de faire un tube à chaque morceau, avec une bonne base, comme « Diamonds » de Rihanna qui est un vrai tube pop, quoiqu’on en dise. Mon projet, à la base, c’était pour m’amuser avec un pote, je suis ingénieur du son sinon. Avec le temps ça commence à devenir mon activité principal. Si ça fini par être moins amusant, je pourrais très bien arrêter un jour. Nous nous disions que ce serait cool de faire de l’électro vu qu’on en écoute tous les deux, pour se faire plaisir, pas dans le but de détrôner Justice * rire * Depuis j’ai continué seul.
Tous les visuels d’albums ont été réalisés par le duo d’illustrateurs parisiens Fortifem. Je pense continuer avec eux pour garder une unité visuelle et parce qu’ils sont vraiment bons, on se comprend bien.

D’ailleurs, si tu pouvais faire la BO d’un film, ça serait lequel ?
Difficile de choisir. Ca pourrait être un film de science-fiction genre Blade Runner qui reste pour moi un des meilleurs, ou un film d’horreur comme Massacre à la Tronçonneuse, en plus étrange, bien que la BO de ce film est assez « barrée ». C’est aussi un de mes films préférés. Une comédie musicale sur les années 80 ça peut être compliqué mais rigolo. Un Flashdance où les filles se font tuer à la fin, ou au début comme dans pas mal de slashers (ndlr : d’ailleurs le clip de « Le Perv » est un montage de Murder Rock de Lucio Fulci qui parle de ça).

Tu écoutes quoi chez toi ?
Rien en électro en ce moment, à part les copains comme Perturbator pour savoir où ils en sont. À une période j’aimais bien Gesaffelstein parce qu’il arrivait à poser une ambiance un peu dark qui me rappelait des groupes genre In Slaughter Natives, un côté indus’ rituel très sombre qui me parle, parce que j’aime pas quand c’est trop gai. Ceci étant, un bon tube à la Abba de temps en temps ça fait toujours du bien * rire * C’est bien foutu, c’est de la bonne composition. J’adore Supertramp, Tears For Fears, Depeche Mode, tous ces trucs là pour ces raisons et aussi pour le côté nostalgique. J’ai aussi écouté The Chemical Brothers, même si c’est devenu moins bon ils arrivent toujours à faire quelques bons morceaux, pareil pour Boys Noize que j’écoute moins. Globalement, je préfère écouter du metal, notamment Ghost que j’aime depuis le début et qui m’accroche beaucoup, ça a un côté comédie musicale doom, Meshuggah et Napalm Death dont je suis ultra fan, de la vieille pop, Nine Inch Nails même si j’ai un peu lâché avec The Fragile, comme beaucoup de gens.

Est-ce que c’est ton premier concert dans le cadre des Transmusicales/Bars en Trans ? Qu’évoque ce festival au niveau de la réputation pour toi ?
C’est mon premier oui. Le festival en lui même ne m’évoque absolument rien, je sais que ça existe depuis un certain temps mais j’y suis jamais allé. Je connais un peu Rennes et son ambiance « on aime vomir sur les trottoirs », je me dit que ça va être cool ce soir, après on verra bien.

Quelles sont tes attentes ? Que peut-on te souhaiter ?
En général j’évite d’avoir des attentes comme ça je ne suis jamais déçu. Si ça se passe bien tant mieux, si ça se passe pas bien ça se passera comme je m’y attendais * rire *

Quels sont tes projets parallèles à Carpenter Brut ?
J’ai fait la musique pour le moyen métrage des Deka Brothers, qui avaient réalisé le clip de « Anarchy Road ». C’est un autre exercice qui est intéressant même si plus compliqué, c’est pas quelque chose que j’ai l’habitude de faire mais c’est en faisant qu’on s’améliore.
Là je bosse également sur la BO d’un jeu vidéo de baston qui me demande pas mal de travail. Il faut composer des morceaux par boucles, selon les séquences et les niveaux du jeu. C’est ma première expérience de ce genre.


Quelle est la question qu’on te pose tout le temps et dont t’as marre ?

Celles là par exemple ! * rire * Ou « Pourquoi tu fais ça ? ». Je fais ça parce que j’avais envie ? Les questions c’est un peu comme la musique, faut essayer de faire un peu original, au moins essayer. Admettons, tu vas en soirée : tu ne t’habilles pas comme un sac. Ou si tu vas à un examen : tu révises un peu avant. C’est pareil pour la musique et les questions.

Et la question qu’on ne te pose jamais mais que tu aimerais bien avoir en interview ?
* réflexion * Qu’est ce qui est le plus intéressant dans une question, la question ou sa réponse ? (ndlr : Vous avez quatre heures.)

Photo : Lucie Inland
Texte : Sophie Barel et Lucie Inland

Soyez le premier à commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.