[FESTIVAL MAINTENANT] Klass Sirius, nouvel EP « Macrocosmica »

Klass Sirius

Le festival Maintenant commence aujourd’hui jusqu’au 13 octobre. A cette occasion, nous avons rencontré Klass Sirius, duo rennais de techno à l’énergie afro qui jouera ce samedi au Théâtre du Vieux St-Etienne. Le duo sortira un nouvel EP le 18 octobre.

Rencontre avec Alban.

Klass Sirius, c’est un projet live né de deux DJ. Vous vous êtes rencontrés comment ?

On faisait de la musique chacun de notre côté et on avait envie d’un projet plus collectif. Au détour d’une bière, dans un bistrot rythmé bien connu rue St Louis, on s’est rencontrés grâce à des amis communs. Dès qu’on s’est parlé de ce qu’on avait envie de faire ça a matché tout de suite.

Depuis on se voit souvent pour expérimenter car c’est un besoin pour chacun de nous.

Vous faisiez chacun de l’électro tout seul, vous vouliez tester la musique à deux ?

Oui, ça nous a permis de sortir d’une zone de confort. Musicalement, quand on travaille ensemble on emprunte plus de chemins de traverse et on prend plaisir à se laisser surprendre.

Vous aimez triturer les sons. Comment vous travaillez et composez tous les deux ?

Dans Klass Sirius on a deux profils différents et complémentaires.

Dans le duo l’un est plus créatif et l’autre plus technique.

C’est cette combinaison qui nous permet d’explorer les machines et la rythmique, ce qui nous tient très à cœur.

Vous créez votre musique sur des machines analogiques et des contrôleurs numériques. Vous pouvez m’en dire plus sur le matériel que vous utilisez ?

On est passionnés de machines et d’effets, on s’amuse à bidouiller sans arrêt.

On a une belle collection mais pas vraiment de préférence et même on se l’interdit tant que le son est bon ! On travaille actuellement avec des Elektron et un Prophet pour nos nappes. On investit pas mal aussi dans des pédales d’effets type OTO et puis on aime mélanger tout ça à quelques VST du genre Natives instrument ou Rob Papen et divers applications Ipad.

Votre configuration a évolué depuis 2014 ?

Forcément ! On a mûrit, mais on ne s’interdit rien, on est toujours en mouvement.

Chaque live est unique ? Vous improvisez selon le public et l’ambiance ou tout est écrit ?

Oui on construit des lives en fonction des dates. On voit ça comme un exercice et on aime bien se mettre en danger.

Après, dans nos lives, on a une base écrite et on laisse toujours la place à une part d’impro.

Comment vous vient l’inspiration de votre musique ?

On écoute beaucoup de musique, on expérimente et on se laisse porter en fait.

Macrocosmica est le nom de votre nouvel EP qui sortira le 18 octobre prochain. Vous l’avez enregistré où et avec qui ?

Cet EP, c’est surtout l’essence et le travail d’un de nous deux, on a tout fignolé ensemble ensuite. On l’a travaillé chez un ami batteur qui a un studio et qui généreusement nous permet de continuer le projet Klass Sirius.

Vous décrivez votre musique comme de la musique électro avec de la rythmique afro. Votre but c’est de faire danser les gens ?

On n’est pas des grands danseurs. Notre côté « afro », c’est vraiment sur l’écriture rythmique. On ne se pose pas trop de questions sur notre façon de faire et si ça fait danser ou non.

Bien sûr , on aime faire danser les gens mais des temps plus calmes pour ponctuer notre écriture c’est crucial pour nous.

Votre Ep sortira chez Charbon, un nouveau label rennais. Vous pouvez me parler de la rencontre et de ce label ?

Charbon c’est le label où on est en pleine confiance.

Ils veulent sortir d’une techno trop balisée. On se respecte énormément. On espère que ce n’est que le début d’une longue collaboration.

Vous allez fêter la sortie de votre EP le 18 octobre au 88 live club. Vous pouvez me parler de cette soirée ?

Ca va être un peu comme un Noël en famille. On se réjouit de se retrouver autour de la musique qu’on aime et c’est quand même un bel événement pour nous.

Avant cette date, vous allez jouer au festival Maintenant. Vous pouvez me parler de cette date ? Comment s’est faite la rencontre avec l’équipe du festival ?

On a toujours aimé le festival Maintenant. C’est un festival qui expérimente et qui innove énormément sur les côtés sensoriels, ce qu’on recherche en permanence. Alors quand ils ont contacté Match Festival, dont on fait également partie, pour une soirée qui aurait le timbre de cette journée de début d’été, on a tout de suite accepté. On est fiers de représenter Match là-bas aux côtés de Peach et Benjamin Cochois qui y jouent ce samedi.

On est sur Rennes Musique, vous pouvez me parler de la scène électro rennaise et des groupes que vous suivez particulièrement ?

On écoute beaucoup de choses. Ce qu’on produit n’est pas toujours à l’image de ce qu’on écoute.

Après on kiffe bien des collectifs comme Chevreuil, 35 volts, Texture, Midi Deux…

Où aimez-vous sortir pour écouter de la bonne musique sur Rennes ?

On a la chance d’avoir des évents et des assos assez curieuses mais clairement il nous manque un vrai club à Rennes. Après, la ferme de Quincé, l’UBU, le Chantier et la Rennes du Bal sont des endroits qu’on affectionne tout particulièrement.

Merci

Quelques extraits de « Macrocosmica », disponible à la vente sur le bandcamp de Charbon à partir du 18 octobre.

Propos recueillis par Cath
Crédit photos : DR

Retrouvez toutes les infos sur le festival Maintenant : https://www.maintenant-festival.fr/2019/

Soyez le premier à commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.