[PURPLE RENNES] Emission #173 Hommage à Dominic Sonic // 16.09.20

© Cath

Nous ne pouvions commencer notre 6ème saison de Purple Rennes sans rendre un hommage à Dominic Sonic, disparu le 23 juillet dernier. Depuis le Bistrot de la Cité, ses amis, Martin Perrault, Franck Hamel, Fred Gransard, Patrick Sourimant, Romain Baousson, et Pierre Corneau, sont venus témoigner de leurs nombreux souvenirs avec Dominic. Ses amis ont aussi repris deux titres de Dominic Sonic en live, « Les Leurres » et « La loi des pauvres gens ». Un album acoustique de ses plus belles chansons verra le jour en 2021 ainsi qu’un album inédit (seule la voix de Dominic a pour le moment été enregistrée pour ce dernier). Un titre de l’album acoustique est diffusé en fin d’émission.

Podcast de l’émission à retrouver sur CanalB à cette adresse :
http://www.canalb.fr/purplerennes/12212

© Cath

« Comme tu le disais toi même Dom, tu n’étais pas prédestiné à cette carrière. Jamais sous les feux de la rampe, Rennes a perdu son rockeur le plus classe.
Tu t’es fait virer de tous les bahuts de Saint-Brieuc, c’est comme ça que tu t’es retrouvé à Lamballe dans la classe de Martin. Il avait un patch Motörhead, cela crée forcément des liens. Martin et son frère Tonio c’est Kalashnikov. Le chanteur du groupe avait tendance à ne pas venir aux répétitions. Un jour tu leurs as proposé d’essayer de chanter. Tout a commencé comme ça. Par pur hasard ! Tu as suivi Tonio et Martin à Rennes et les dates se sont enchaînées. Une aventure qui a duré 6 ans avec plus de 300 concerts.
Tu rêvais d’être dans un groupe mais cela te paraissait insurmontable d’apprendre à jouer de la guitare. Et puis, un jour, le punk est arrivé et tu t’es dit que c’était possible pour toi de faire de la musique ! Tu écoutais des tonnes de disques.
Et puis il y a eu le mandat de Mitterrand, il y avait une espèce de liberté nouvelle. Comme tu le disais toi-même, « même si on n’avait pas de fric, on s’éclatait. On faisait beaucoup de conneries aussi. On partait jouer dans des conditions complètement hallucinantes mais il y avait une espèce de foi, on s’amusait vraiment. » Les uns comme les autres, vous ne pensiez pas passer la vingtaine. Les concerts deviennent de plus en plus violents et durent parfois douze minutes, l’écoute n’est plus là, le public te crache à la gueule, l’auto-destruction, tu ne voyais pas où tu allais.
Tu avais envie de changer de registre, à la guitare, au chant. Tu composais, tu arrangeais. Tu t’es enfermé dans ta chambre avec ta guitare pour sortir un 4 titres. Avec Vincent Sizorn, ton 1er album solo « Cold Tears » sort en 89. Il s’est vendu à plus de 50 000 exemplaires en Europe. Après ces débuts prometteurs, tu te retrouves enfermé 6 mois dans une chambre d’hôpital où tu écris Les Leurres qui sortira en 94, suivront 4 albums. Six albums en vingt-cinq ans de carrière solo. Tu ne cours pas après la notoriété, ou plutôt ce ne sont que des concours de circonstances, une vie bien occupée. De longues tournées, des changements de label, backliner de Deportivo ( c’était du sport, ça cassait beaucoup de cordes et de matos), les Sonics aussi, du théâtre avec Jacky Berroyer, des concerts avec les Sonic Machine..
Comme tu le disais toi-même, tu as eu la chance de rencontrer pratiquement toutes tes idoles. Pour toi l’album « Funhouse » des Stooges c’est l’album. En 2003, lors des Transmusicales, tu es LE chanteur des Stooges ! Tu connaissais tellement leurs morceaux par coeur que tu avais l’impression de jouer avec ton groupe . Tu te retrouves dans un local en rase campagne avec les deux frères Asheton, pour préparer ce concert. Tu réalises en quelques minutes les raisons de la qualité de ce groupe. Ils n’avaient rien réglé, les instruments étaient ceux du local et dès qu’ils ont commencé à jouer, c’était Funhouse direct. Leur son était incroyable. Ce jour de répétition tu as chanté tous les morceaux, tu te souviendras de ce moment toute ta vie. Sur scène, tu ne chanteras qu’un seul morceau mais pour toi la boucle est bouclée. C’était pour toi le truc ultime.
Tu as aussi été sollicité par Bashung pour écrire des textes mais tu n’étais pas bien à ce moment là. Tu lui as quand même envoyé des textes écrits vite fait. C’est un de tes plus grands regrets… Quand il a sorti « Osez Joséphine », tu as retrouvé une phrase de toi. Tu lui avais envoyé : « des moments durent plus que des moments doux » qu’il a changé en « et que ne durent que les moments doux ». Un clin d’oeil.
Tu as aussi refusé de manger avec Bowie .Tu étais allé le voir au Théâtre de St Servan. Il répétait à St Malo avant sa tournée mondiale. Son tourneur français t’avait invité à venir le voir. Un concert privé en quelque sorte…. A la fin du concert, Bowie te propose de manger avec lui mais tu ne pouvais pas, tu devais ramener du monde en voiture à Rennes. Toi Dom, tu as mis un vent au grand Bowie.
Tu as aussi dîné avec Lou Reed en 92, après son concert au Théâtre des Champs Elysées. Tu as bu des coups avec Gainsbourg pendant tes heures de boulot. Ton employeur n’était pas content mais Gainsbourg en blaguant a sorti un billet de 500 balles en lui disant : « s’il faut, je te l’achète ». Tu as été le chauffeur de Ray Charles. Tu as même claqué la bise à Patti Smith ! Elle avait pris ça comme une agression, tu n’avais pas fait gaffe que les autres lui serrait la main. Toi tu étais juste content de la rencontrer.
Tu aurais adoré dîner avec Léonrad Cohen, c’est peut-être chose faite maintenant.
Dominic Sonic a coupé le son cet été, mais un album acoustique arrive prochainement.
Ce soir, tes amis sont là. »

Playlist des lives de la saison 06 de Purple Rennes : https://purplerennes.bandcamp.com/album/purple-rennes-saison-06

Playlist de toutes les saisons de Purple Rennes : https://purplerennes.bandcamp.com/

Emission présentée par Georges, Cath et Ben
Crédit photo : Cath

Soyez le premier à commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.