La scène rennaise aux Bars en Trans

La 25ème édition des Bars en Trans commence ce jeudi. Après une édition 2020 annulée, le festival repart de plus belle avec 14 lieux de concerts et un nouveau QG au Jeu de Paume, à côté de la salle de la Cité. Une 25ème édition sans le Mondo Bizarro et le Chantier… mais de nouveaux lieux comme l’Uzine ou l’Amrock intègrent la programmation 2021. Cette année 130 groupes se produiront sur les diverses scènes rennaises et comme chaque année la riche scène locale en fait partie. Clavicule, Do It Later, Great Man Hiboo, La Rennes des Voyous, Mehdi Zaïba, Mohican, The Bad News, Valoy  EZPZ ou encore Vanadis sont de la partie. Qu’est-ce que le festival Bars en Trans représente pour ces artistes rennais.e.s ? Quels sont leurs meilleurs souvenirs ?

La plupart des membres des groupes programmés aux Bars en Trans sont des habitués, à l’image de Kamil, guitariste de Clavicule qui trouve que « la prog est assez ouf chaque année, et j’y trouve toujours des choses à ne pas rater ! ». Quant à Do It Later, « on est des habitués du festival, on n’est pas tous arrivés à Rennes au même moment, mais globalement ça fait plus de dix ans qu’on fréquente le festival de près et de loin ». Pour The Bad News, certains membres du groupe traînent au festival depuis 1999, autant dire quasiment depuis le début. Mehdi Zaïba, quant à lui, est arrivé à Rennes en 2002, et le festival rythme son début de mois de décembre depuis, même s’il est « toujours à la bourre pour prendre ses places ». Great Man Hiboo y va depuis les débuts : « je suis venu au festival à l’époque où j’étais encore lycéen dans le Morbihan, c’était impressionnant et exaltant pour moi de voir cette ville où respirait la musique dans toutes les rues ». D’autres ont vu le festival d’une autre manière comme Vanadis qui a fait « 4 Bars en Trans mais derrière le comptoir en tant que barmaid ». Pour Vanadis, le festival c’est donc « 3 jours de sueur intense mais derrière un comptoir ».

25 éditions qui laissent des traces et des souvenirs. Le privilège de découvrir certains groupes dans des cadres parfois intimistes avant qu’ils ne deviennent connus. Angèle, passée en 2017 à la Place, a marqué les membres de Do It Later. La Femme en 2011 est un des grands moments de Great Man Hiboo. Pour Fred d’EZPZ, un de ses plus beaux souvenirs c’est « Feu! Chatterton à La Trinquette, un gros hasard et une grosse claque, largement confirmé depuis ! ». Lucas de Mohican a découvert il y a 5 ans « Malik Djoudi, je connaissais pas du tout à l’époque, et j’avais accroché direct avec cet univers doux et singulier ». Pour The Bad News, Tokyo Sex Destruction est un des moments les plus forts du festival. C’était au Mondo Bizzaro en 2004 ! « Le Mondo était plein à craquer, il faisait froid dehors mais à l’intérieur c’était tropical, les murs dégoulinaient ! Le concert était énorme, l’électricité qui régnait au Mondo était palpable ! Arnaud porte encore le T-shirt du groupe acheté ce soir là ». Pour Marius, chanteur de Clavicule, c’est le concert de Yes Basketball / We Hate You Please Die / Dewaere au Penny Lane en 2019, « c’était blindé, on a bien transpiré et pogoté avec Kamil ». Pour Valoy, son meilleur souvenir est « We are Knights » au Bar’Hic en 2012. Pour Mehdi Zaïba, fraîchement arrivé à Rennes en 2002, il découvre Asian Dub Foundation au Chantier. Une ambiance surréaliste, le public était jusque de l’autre côté de la rue. « C’était tout nouveau pour moi de voir et sentir à ce point le monde partout, déambuler sourire aux lèvres, au rythme de la musique ». Pour Anaïs de la Rennes des Voyous, elle connaissait déjà Moonshine et a pu les voir en 2018 à la Contrescarpe. « Je suivais déjà ce collectif et j’étais super emballée à l’idée de pouvoir les voir jouer dans ma ville ».

Le festival des Bars en Trans c’est aussi des histoires quelques années plus tard comme Marius et Kamil de Clavicule qui ont découvert We Hate You Please Die et qui depuis ont partagé la scène avec le groupe de Rouen. The Bad News, quant à eux, y ont découvert la scène garage espagnole. « Avec les passages de Tokyo Sex Destruction mais aussi d’Atom Rhumba au Bar le 1929 en 1999, nous avons découvert l’Espagne et avons cherché, creusé par la suite dans le vivier « garage » du pays ».

Etre programmé.e aux Bars en Trans quand on est rennais.e a une saveur spéciale. Il y a quelque chose de particulier et de fort quand un groupe est amené à représenter sa ville. Mehdi Zaïba est très heureux d’être dans cette édition 2021. Il se dit « ça y est j’en suis de cette communion rennaise ». Un sentiment d’appartenance, de reconnaissance. Il s’agit parfois de la première date du groupe comme Do It Later : « C’est vraiment cool ! Et en même temps très flippant, c’est le premier concert de Do It later. Notre première date devait se faire en octobre, mais il y a eu un empêchement. Notre nom est de circonstance, malgré nous. Mais voilà, on attend déjà les copains au premier rang à l’affût du moindre pain pour se moquer et siffler nos bières. Ce sera de bonne guerre ». Les membres de Clavicule sont tous très fiers de participer à ce festival. « Très contents qu’on soit programmés avec autant de bons groupes et qu’on nous fasse confiance pour représenter la scène rock rennaise » dixit Ian le bassiste du groupe. Ils ont surtout hâte de « foutre le bordel au Penny Lane ». Pour Valoy, c’est « énormément de plaisir et d’honneur de participer activement et par mon art à un des moments festivaliers (Trans + Bars en Trans) les plus forts du monde des musiques actuelles ». C’est aussi l’occasion de vivre le festival de l’autre côté, côté artiste pour tous ces groupes. C’est « une envie folle de revivre à nouveau l’ambiance si spéciale des Bars en Trans mais de l’autre côté, côté scène ! » dixit The Bad News. Pour Anaïs de la Rennes des Voyous, : « avec Vanadis du collectif Önd, on est les seuls collectifs DJ rennais présents dans la programmation de cette année et c’est une fierté de pouvoir représenter tout ce microcosme rennais ! ». « On est ravis et flattés, C’est toujours le pied de jouer chez nous et puis une fois de plus la prog est top, c’est forcement agréable de se retrouver au milieu de tous ces noms ! » dixit Lucas de Mohican.

Un festival comme Bars en Trans c’est aussi un rendez-vous de professionnels, l’occasion de rencontrer des labels, des bookeur.euse.s, des manageur.euse.s, des programmateur.trice.s de salles et de festivals qui sont présents pendant tout le festival. « C’est une belle opportunité pour le groupe , ça peut nous apporter de la visibilité », selon Marius de Clavicule. EZPZ en profite pour inaugurer leur collaboration avec leur tourneur L’Igloo le soir du concert, « parfait timing ». Mehdi Zaïba y présentera pour la première fois son spectacle au Papier Timbré. L’occasion de « serrer des mains, parler aux gens et prendre de l’amour, beaucoup ! ». Mais le principal étant de passer un bon moment pour tous ces groupes même si le stress de représenter sa ville se sent dans les réponses de toutes et tous. « J’ai appris avec le temps de ne rien attendre de particulier, juste d’essayer de faire un bon concert et qu’il y ait du public pour danser et apprécier notre musique » dixit Great Man Hiboo. « On appréciera autant de commencer notre set que de le finir, d’autant qu’ouvrir la soirée permet de se décontracter plus rapidement. Un cauchemar de stress, un peu comme un premier rendez-vous. Faudra se détendre, mais pas trop » selon Do It Later.

« Bars en Trans, c’est la nuit, le froid, la pluie, l’ambiance bruyante des rues de Rennes, les sourires et les cris, les concerts en bistrots surchargés, de la musique de qualité et des découvertes. En gros, sans le festival Bar en Trans, l’identité des Trans Musicales ne serait pas ce qu’elle est. On aime voir Rennes comme ça ! » The Bad News

Propos recueillis par Cath
Visuel Bars en Trans 2021 Maxime Le Clanche

Suivre l’actualité des Bars en Trans sur https://www.barsentrans.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.