[FESTIVAL MAINTENANT] Delawhere

Delawhere © Gilles Pensart

Le festival Maintenant au casting international ne manque pas tous les ans de promouvoir et valoriser la scène rennaise. Cette dernière représente en effet près d’un tiers de la programmation. Un tiers qui témoigne de la richesse culturelle de notre capitale bretonne. Aujourd’hui, Delawhere nous parle de son projet, de son univers, de ses influences.

Rencontre avec Delawhere

Comment es-tu arrivé à la musique ? Tu es autodidacte je crois non ? C’est quelque chose que tu voulais faire depuis longtemps ?
Oui je suis autodidacte. J’ai commencé par apprendre le piano il y a quelques années, bien aidé par ma mère.

Le déclic s’est ensuite fait au lycée, j’ai séché les cours pour me rendre à un concert de piano des élèves du conservatoire de Rennes, ils jouaient Chopin. Depuis j’ai toujours eu envie d’être à la place de celui que je vois sur scène.

Tu as une devise qui est « lost in the back of your head « . Tu peux nous expliquer ?
J’aime quand un morceau se perd dans ton esprit, quand tout n’est plus distinct, ça devient quelque chose de flottant, qui te hante.

Et ton nom, tu peux en dire plus ?

Ce nom vient d’un rêve que j’ai fait il y a quelques années : c’était la nuit, je volais dans le ciel clair, et les nuages écrivaient « Delawhere », c’était beau, et ça me représentait parfaitement.

Quelles sont tes influences ?
Beaucoup de piano classique, Debussy, Rachmaninov, Sakamoto… Mais aussi Ratatat, Nicolas Jaar, Burial ou William Basinski.

Qu’est-ce qui t’inspire pour écrire tes morceaux ?
Tout peut m’inspirer, des choses assez simples souvent.

C’est assez cliché mais je suis du genre à regarder par ma fenêtre la nuit, pour retrouver ce sentiment de flottement de l’esprit, face à l’immensité de l’univers.

J’aime bien cette différence d’échelle énorme.

Tu composes comment ?
Il y a deux types de morceaux dans ce que je fais (pour l’instant) : ceux qui sont fait en une heure, et les puzzles qui prennent 6 mois. C’est donc très aléatoire, mais souvent ça commence par une toute petite loop, une suite d’accord ou une ambiance.

Tu qualifierais ta musique comment ? De mystérieuse ? D’idéale pour une BO de film comme tu aimes le dire ?
Mystérieuse c’est bien. Idéale pour une BO de film mystérieux c’est encore mieux.

Tu as sorti un 1er EP Toska fin 2014. C’est quoi ton actu à venir ? Un album ?

‘Still Alive’, un album de 10 morceaux entièrement instrumental. Il est terminé, il devrait sortir dans quelques semaines.

La pochette de mon album a été faite par mon ami Tin Askarov, et c’est magnifique.

Tu as mis combien de temps à réaliser cet album ?
J’ai mis environ 8 mois, à y travailler pratiquement tous les jours.

Tu as tout fait tout seul ? De qui t’es-tu entouré ?
J’ai tout composé seul, mais pour quelques morceaux je suis allé enregistrer un quatuor à cordes, de la harpe et du saxophone au conservatoire de Londres, avec des amis.

Tu as sorti quelques courtes vidéos comme « Silence » ou « I Bet you’re wondering ». C’est toi qui les fait, qui les monte ?
Oui je les fais moi même, je filme avec mon téléphone et je les monte. C’est surtout pour « sortir » quelque chose, c’est plaisant.
Mais j’ai aussi un film sur l’album en préparation, pour lequel je me suis entouré d’amis qui font de la vidéo.

Tu écris beaucoup aussi non ? Tu ne proposais pas un livre à vendre ? Tu fais des illustrations, tu écris des poèmes ?
Oui je fais des illustrations et j’écris, plutôt des notes. Je fais ça en faisant de la musique, c’est un tout : le son, le graphique, l’ambiance autour. Il y aura surement un livre qui accompagnera l’album.

En fait t’es un artiste dans tous les sens du terme !

T’as pas mal joué en Italie et en Angleterre ? T’aimerais tourner là-bas pour ton prochain album ? Loin de chez toi ?
Ouais ! J’ai vraiment envie de sortir tout ça de chez moi et d’aller loin (géographiquement) !

Tu joueras lors du festival Maintenant le dimanche 16 octobre à 12h30 au QG du festival. Comment s’est faite la rencontre avec electroni[k] ?

Cette rencontre s’est faite il y a quelques années quand j’étais à l’université par le biais d’amis. Ils m’ont programmé une première fois pour l’édition 2014 du festival. Puis ensuite à l’Antipode. Ce sont plus ou moins les seuls concerts que j’ai fait à Rennes.

On est sur Rennes Musique, alors abordons la scène locale.

Quels sont les artistes rennais que tu aimes et que tu écoutes en boucle ?

Knappy Kaisernappy, loto retina et chambry !

Ton dernier coup de cœur rennais ?
Les dessins de mon pote Val, exposé au 47.

Tu aimes traîner où sur Rennes pour écouter de bons lives ?
Les concerts de classique au Tambour sont cool. J’ai vu The Garden au Bar’hic ce mois-ci, c’était top aussi.

Merci Maxime.

Propos recueillis par Cath
Crédit photo : Gilles Pensart

FESTIVAL MAINTENANT
Delawhere jouera le dimanche 16 octobre au Théâtre du Vieux St Etienne de 12h30 à 13h30 dans le cadre des brunchs électroniques. 16 euros. Brunch de 11h00 à 15h00 concocté par La Dinette.

Tout savoir sur le festival Maintenant > http://www.maintenant-festival.fr

Soyez le premier à commenter