Labels d’été #06 : Kerviniou Recordz

© Politistution Kerviniou Recordz

Après notre série « Comptoirs d’été », nous vous proposons de découvrir les labels rennais pendant cette trêve estivale, et les personnes qui se cachent derrière. Ces labels qui nous font découvrir des artistes, et qui organisent des concerts toute l’année dans notre ville.

Episode 06 : rencontre avec Mathias Prime, Natashquam Rivière, Gilles Trotin et David Frin de Kerviniou Recordz.

Comment et quand est née l’aventure de Kerviniou Recordz ?
David : le label est né en 2012 chez des amis pendant une soirée barbecue. A la base on ne voulait pas créer de label mais on a passé la soirée à chercher un nom de label bien pourri.

C’est Mathias qui a balancé Kerviniou et on a mis le « z » à Recordz pour infiltrer les réseaux indépendantistes bretons et les détruire de l’intérieur. C’est l’idée première !

Et tout est venu très vite ensuite. Il y a avait un groupe qui jouait à Rennes qui s’appelait Café Flesh, un groupe assez bourin, assez noise-rock avec un mec qui hurlait et qui jouait du saxophone. Le groupe dormait à la maison, on a discuté au petit-déjeuner, on s’est tout de suite bien entendus. Il m’a parlé de son projet solo qui s’appelle Tom Bodlin. Quand on a écouté ce qu’il faisait, on s’est tout de suite dit qu’on voulait participer à la sortie de son disque. C’était notre première sortie et la machine était lancée.
Mathias : la machine s’est un peu emballée avec la sortie des anglais de Total Victory. Le label a pris une autre dimension.

Vous êtes quasiment tous là mais qui est derrière Kerviniou Recordz et comment sont répartis les rôles de chacun ?
Mathias : on n’est pas les rois de l’organisation, ça a mis du temps mais ça progresse. On a fait les choses petit à petit, on a monté l’asso, etc… On est organisés comme beaucoup de petits labels en fait.
Gilles : on improvise.
David : on a sorti des disques assez vite donc officiellement on n’existait pas mais on s’est régularisés. L’asso, le compte bancaire, toutes ces tâches à faire. Nous avons notre chef comptable ici puisqu’il s’agit de Natashkuam avec qui il ne faut pas rigoler. Il manque Hélène Le Corre ce soir qui est aussi dans le label, que vous connaissez via Mistress Bomb H. On s’organise au feeling, on écoute ce qu’on nous propose, on en discute, on essaie d’être assez réactif car tout va très vite aujourd’hui.

Comment vous choisissez les artistes avec qui vous allez travailler ? Comment repérez-vous les artistes ?
David : en règle générale, ce sont plutôt les groupes qui viennent vers nous. On organise pas mal de concerts sur Rennes, on voit donc pas mal de groupes sur scène. Tout se fait en discutant avec eux, en buvant des verres avec eux.

On n’a encore jamais sorti un disque d’un groupe qu’on ne connaît pas, c’est important de s’entendre humainement.

Je n’ai pas envie de travailler avec un groupe composé de connards même si leur musique est géniale.
Mathias : on fonctionne aux coups de cœur comme tout le monde, on aime travailler avec des gens qu’on connaît.

Kerviniou Recordz reçoit beaucoup de démos ?
David : on en reçoit un peu, c’est par période. On ne peut pas répondre à tout le monde. Selon l’actualité du label, on en reçoit un peu plus. On reçoit aussi des propositions qui n’ont rien à voir, j’envoie souvent le lien de notre label pour que les groupes comprennent ce qu’on fait.

Avec ce nom de label, on reçoit des propositions de rock celtique, je n’ai rien contre mais je n’ai rien pour non plus.

Est-ce qu’il y a des critères de choix artistiques pour pouvoir signer chez Kerviniou Recordz ? C’est quoi la philosophie du label ?
David : chez nous on ne signe rien, tout se fait dans la confiance. Après on a de tout. Total Victory, c’est plus dans l’indie rock, post-punk. Le premier album de Tom Bodlin, c’était plutôt tourné vers le blues, assez free et le deuxième album était encore plus expérimental.
Mathias : et invendable !
David : non on a tout vendu. On a aussi sorti Torticoli, encore plus alambiqué, limite math rock. On marche aux coups de cœur donc il n’y a pas vraiment de ligne directrice dans nos sorties.

Si demain on rencontre un groupe de hip-hop qui nous plaît, on n’hésitera pas une seule seconde. On n’a pas de barrière !

Combien d’artistes sont signés chez Kerviniou Recordz actuellement ?
A la rentrée, on fera notre 14ème sortie et la 15ème le mois suivant mais cela ne correspond pas au nombre d’artistes chez nous. On a fait 2 sorties avec Tom Bodlin, 2 avec Total Victory. En tout, on doit être sur une dizaine d’artistes. La notion de fidélité est importante chez nous. On a sorti Weapons de Mnemotechnic, on attend avec impatience la suite, on espère participer à la prochaine sortie.

Votre coup de cœur à chacun ? C’est une question difficile…
David : c’est dur, on ne voudrait vexer personne.

J’ai quand même une tendresse particulière pour Tom Bodlin, le tout premier, celui qui a lancé l’aventure.

J’aurais pu en citer plein d’autres puisqu’on aime tous les disques qu’on a sorti.
Gilles : moi j’écoute plus du rock électrique, je vais donc plus être branché Torticoli, Cougar Discipline. Cougar Discipline est peut-être celui qui m’a le plus marqué. Je ne suis pas très chanson française mais avec eux ça m’a fait quelque chose. J’ai beau l’écouter encore et encore, je rigole toujours autant. C’est très fort on n’a malheureusement pas pu les voir comme beaucoup de gens. Le chanteur est acteur et n’a donc pas beaucoup de dispos pour tourner. Le chanteur tient donc super bien la scène, les paroles sont subversives, tout est décalé.
Natashquam : moi, sans aucune hésitation, je dirais Mnemotechnic, leur album est classe, leur batteur est un boucher. C’est un album que je peux écouter en boucle.
Mathias : moi je dirais Ex Fulgur parce que j’ai beaucoup oeuvré à sa sortie. C’était le premier disque, on espère ne pas s’arrêter là et c’est encore en français.
Natashquam : finalement, on produit pas mal de disques en français, il va falloir qu’on fasse une réunion pour discuter de tout ça !

Quel est votre dernier coup de cœur que vous aimeriez avoir chez Kerviniou Recordz ?

David : je rêve de sortir un album de Michel Sardou qui reprend les chants de la Commune.

Mathias : on aurait adoré travailler avec Moller Plesset mais ils sont chez nos amis de In My Bed.
Gilles : moi je pense à The Hand, un groupe américain qui n’est que sur Bandcamp. Aucun label américain ne s’intéresse à eux, nous on pourrait faire ce genre de sorties, ça serait mortel.
Natashquam : Moodie Black mais ça serait compliqué pour qu’il change de label.

Les groupes attendent souvent beaucoup des labels qui les signent. Pouvez-vous nous dire ce qu’un label comme Kerviniou Recordz attend d’un groupe ?
David : on n’a aucune exigence. De notre côté, on participe, on essaie de vendre les disques, de faire de la communication, on leur trouve des dates. Pour le groupe, plus il tourne et plus il vend mais on sait que c’est difficile. On travaille avec des musiciens non professionnels, c’est leur métier mais ils n’en vivent pas donc l’organisation est compliquée pour tourner.

Etre un label indépendant aujourd’hui c’est difficile ? Comment voyez-vous l’avenir des labels comme Kerviniou Recordz ?

Mathias : c’est plus facile d’être indépendant que dépendant. On est libres dans nos choix, on n’a pas de contrainte.

C’est la prise de risque financière qui est difficile même si on investit pas des millions.
David : c’est un truc de passionnés, on n’attend pas l’argent du label pour pouvoir en vivre ou alors on mangerait des cailloux. On n’a pas de distributeur donc c’est à nous de placer nos disques où on peut. Je ne sais pas si c’est difficile en fait vu qu’on va à notre rythme. S’il y a une année blanche, on ne sort rien, c’est pas grave !

Sur quels supports Kerviniou Recordz sort les albums  ?
David : uniquement sur vinyle et en numérique. On aime le format vinyle depuis le début, c’est un bel objet, c’était une évidence, on écoute tous les 5 beaucoup de vinyles.
Gilles : les gens n’ont plus vraiment d’estime pour le CD. Il n’a plus vraiment de raison d’être avec le numérique.
David : et les cassettes, je dirais pourquoi pas ? Je pense à Ideal Crash qui en fait, c’est chouette. Ca ne coûte pas cher, le son est loin d’être dégueu et ça nous rappelle nos jeunes années quand on faisait nos propres compilations sur 90 minutes.

Selon vous, qu’est-ce qui fait un bon groupe aujourd’hui ? Qu’est-ce que vous pensez de la scène musicale actuelle ?

David : un bon groupe, il doit être sincère et honnête. Si le groupe ne fait de la musique que dans l’optique que ça marche, il n’y a pas d’intérêt.

Je préfère un groupe qui fait ce qu’il a envie, peu importe les modes.
Mathias : et peu importe son succès aussi. Beaucoup de groupes s’arrêtent assez vite dès qu’ils ne font plus de concerts, dès que ça ne fonctionne plus très bien. Je trouve ça dommage, c’est quand même une histoire de passion. S’arrêter juste sur le fait de ne pas faire de dates et de ne pas vendre de disques, c’est un peu juste.
Gilles : il faut qu’il y ait une certaine folie aussi, quelque chose qui dérange, un groupe qui tente des choses, qui n’a pas peur.

Et la scène rennaise ?
David : la scène rennaise est super active à tous les niveaux, les groupes, les salles, les bars, les labels, les associations, les émissions à la radio. Rennes est une ville étudiante, ça bourdonne depuis toujours et à tous les niveaux. Tu trouves vraiment tous les styles, du hip-hop au garage. Chaque semaine tu as 5 ou 6 concerts que tu as envie de voir, c’est génial. Tu ne peux pas tout faire mais il vaut mieux ça qu’une ville morte. Et on a tous connus des moments où il ne se passait plus rien à Rennes. Aujourd’hui, ça se bouge !

Mathias : il faut aller voir dans d’autres villes pour se rendre compte de la chance qu’on a à Rennes.

On ne peut pas tout aimer, il en faut pour tous les goûts mais c’est très vivant et très dense.
David : on a découvert Straw Hair, du hip-hop, une claque ! Il est fou ce mec, il a un autre projet à côté qui s’appelle Malaad Roy, un projet folk. Il y a plein de gens incroyables comme lui à Rennes, c’est peut-être pour ça qu’on y habite toujours…

Quelle sera la prochaine sortie de Kerviniou Recordz ?
David : fin octobre, on sortira le second album de Pylone qui s’appellera « Silence », ils viennent de Toulouse et font de la noise des années 90. On le sort avec Rejuvenation Records de Montpellier, Gabu Asso de Béziers et A tant rêver du roi de Pau. Pylone joueront le 12 octobre au Marquis de Sade à Rennes.
Mathias : ah on le sort en fait ! C’est bien cette interview, on en profite pour faire notre réunion (rires).
David : et en novembre, on sortira l’album de Mistress Bomb H, « I’m girl, i’m proud » avec nos camarades lorientais de Bruits de fond. On sort donc 2 albums pour la fin de l’année. On espère des nouvelles de Total Victory et de Mnemotechnic.

Merci Mathias, Natashquam, Gilles et David.

Propos recueillis par Cath
Crédit photos : Politistution

Pour suivre l’actualité de Kerviniou Recordz : https://kerviniourecordz.bandcamp.com/

Soyez le premier à commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.