Comptoir d’été #15 : el Cubanacan

El Cubanacan - © Mozpic's Mo

Pendant la trêve estivale, rennes musique vous propose de découvrir ces bistrots rennais où les amateurs de bonne musique aiment traîner leurs oreilles. Ces bistrots où l’on aime découvrir des artistes, ces bistrots où l’on aime se retrouver autour d’une passion commune, ces bistrots où l’on se sent chez soi…

Episode 15 : rencontre avec Federico de El Cubanacan

Tu peux nous raconter l’histoire de El Cubanacan ? Depuis combien de temps on vient écouter de la musique chez toi ?
Avant El Cubanacan, il y avait un bar de quartier ici qui s’appelait Le Verdun. Avec un ami, on cherchait exactement ce genre d’endroit. El Cubanacan existe depuis exactement mars 2004, cela fait déjà 12 ans !

On voulait créer un lieu latino, regroupant toute la communauté hispano, latino, qui n’est pas négligeable à Rennes. On voulait créer un lieu où les gens viendraient danser, pas seulement boire des verres.

On propose des cours de danses depuis le début. On voulait un lieu convivial où des personnes de cultures différentes pouvaient se rencontrer et passer de bons moments. Ici, on a fait des concerts pendant 8 ans. Des concerts jazz-funk, des concerts salsa. On est passés bar de nuit il y a 4 ans et on nous a interdit de faire des concerts pour ne pas déranger le voisinage… Je trouve cela super dommage. D’autant plus qu’on avait renforcé toute l’acoustique du bar dès qu’on est passés bar de nuit. Tant pis… C’est comme ça…

Pourquoi ce nom ?
Quand je pense à la musique latino, salsa, je pense à Cuba comme tout le monde. El Cubanacan c’est le premier nom de Cuba donné par les Taïnos, les premiers habitants de Cuba.

On écoutait quoi chez toi avant et on écoute quoi chez toi maintenant que tu ne peux plus faire de concerts ?
On est toujours dans le registre musiques latino. On a de temps en temps des petites soirées reggae.

Pour résumer, ici on écoute de l’afro-latino-caribéen. De la salsa, du reggae, du zouk…

Depuis 4 ans, du mardi au jeudi, on propose des soirées DJ. En début de semaine, on propose des soirées avec les étudiants étrangers, les Erasmus. Plus on avance dans la semaine, plus on est sur un registre musiques latino.

Est-ce qu’il y a un concert qui t’a vraiment marqué ? Ton meilleur souvenir ?
Oui, lors des Bars en Trans, festival auquel on participait. Ils faisaient venir des styles musicaux qu’on ne connaissait pas du tout, comme la musique des balkans. On a souvent eu des groupes qui jouaient ce style de musique et c’était phénoménal ! Dj Schnaps par exemple ! Il mixait du NTM sauce balkan, c’était dingue !

Barbaro Teuntor Garcia m’a beaucoup marqué aussi. Il est décédé il y a un an. C’était un trompettiste chanteur cubain. Un très grand monsieur de la musique cubaine.

Il a joué avec le Buena Vista Social Club. Il est venu jouer ici plusieurs fois. C’était un habitué du bar. Un sacré bonhomme. Ses concerts m’ont beaucoup marqué. C’était une figure emblématique de El Cubanacan. Quand on faisait des jam-sessions, il venait tout le temps avec sa trompette, il jouait avec tout le monde.

Qu’est-ce que ça t’apporte de tenir ce genre d’établissement ? Le/les plus par rapport à un bar classique ?
Cela fait 12 ans que je viens au boulot quasiment tous les jours et je ne suis jamais venu à reculons. Mon père est espagnol, ma mère est guadeloupéenne.

Ici, je parle espagnol tous les jours, je côtoie des gens de plein de cultures différentes ! C’est très enrichissant. J’ai besoin de parler espagnol tous les jours, j’ai besoin d’échanger avec les gens.

Et puis, on est un bar de quartier, il faut donc faire venir les gens à nous, ils ne viennent pas par hasard ici. En mettant des soirées en place cela a aidé à construire la notoriété du bar et avoir nos habitués qui sont très nombreux. On se bouge toujours autant les fesses depuis 12 ans car il y a de nouveaux arrivants tous les ans. Ceux qui ne connaissent pas Rennes vont directement en plein centre, il faut donc aller les chercher. C’est plus facile aujourd’hui avec les réseaux sociaux.

Est-ce que tu participais à des festivals rennais quand tu faisais des concerts en plus des Bars en Trans ?
On faisait pas mal de festivals avec des associations étudiantes rennaises. Aujourd’hui, c’est fini, on n’a plus le droit, il ne faut pas déranger les voisins. C’est vraiment dommage. En plus, les concerts, cela t’apporte une nouvelle clientèle qui découvre le lieu. Quand on faisait nos jam-funk, c’était aussi pour nous notre petite bouffée d’oxygène de la semaine, un break.

As-tu participé à l’essor de groupes rennais ? Des groupes qui auraient fait leur première scène chez toi ?
Sans doute à l’occasion des Bars en Trans. On a aussi aidé des groupes qui cherchaient des endroits pour se produire, pour faire leurs premiers concerts. Après, je ne sais pas forcément ce qu’ils sont devenus. S’ils avaient explosés, je pense que je le saurais !

Rencontres-tu des difficultés ici par rapport au voisinage ? Des plaintes à cause du bruit ?
Cela fait quand même 12 ans qu’on est là, qu’on essaie de faire au mieux, qu’on essaie de s’entendre avec le voisinage. Ici, il y a du monde, on fait des cours de danses donc forcément cela occasionne de la gêne, du bruit. On en est totalement conscients ! Comme on n’a plus le droit de fumer à l’intérieure, les gens sortent, discutent, et dérangent les voisins.

Mais les bars c’est l’âme d’une ville, on n’est finalement pas assez protégés. Le bruit fait partie de la ville.

Il faut respecter le sommeil de ses voisins et en même temps, on fait partie de la vie culturelle de la ville où il y a une vie nocturne. La tranquillité se trouve à la campagne. Dans l’ensemble, cela se passe quand même bien.

Que penses-tu de la politique rennaise concernant les bars à concerts, les lieux culturels en général ?
Je trouve dommage qu’on nous ait interdit de continuer à faire des concerts quand on est passés bar de nuit. On aurait très bien pu continuer, les finir à minuit comme avant ! Je suis rennais depuis 30 ans. J’ai connu la vie nocturne rennaise il y a 20 ans. Avant il y avait beaucoup plus de choses, de possibilités, d’événements. Aujourd’hui il y a moins de choses qui se passent. Les associations ont peut-être moins de subventions aujourd’hui, je ne sais pas… C’est une impression.

Il y a toujours beaucoup de personnes qui essaient de faire bouger les choses à Rennes mais peut-être moins de moyens, moins de liberté…

Federico fait une pause pour renseigner deux hispaniques sur les horaires de taxi pour le lendemain matin. Echanges en espagnol pendant quelques minutes.

Quand tu as le temps, tu aimes aller écouter des concerts dans quel bar à Rennes ?
On ferme à 3 heures du matin. Je n’ai plus le temps de sortir. Avant j’aimais bien aller à l’Ubu, il y avait des soirées sympas ! J’ai aussi entendu parler du CLAPS qui va ouvrir à la rentrée, c’est une très bonne initiative. Cela permettra peut-être aux associations d’avoir un lieu plus accessible. Il y a quand même du monde à se bouger à Rennes !

Aurais-tu des conseils à donner pour ouvrir un bar comme El Cubanacan ? Des conseils que tu aurais aimé qu’on te donne avant de te lancer ? Des choses à faire et à ne pas faire ?
Il faut aller jusqu’au bout de son projet, il ne faut pas se décourager même si c’est de plus en plus difficile. Croire à fond et se poser les bonnes questions !

Quand on a ouvert le bar, les gens nous disaient que cela ne marcherait pas parce qu’on était loin du centre. C’est notre thématique assez forte qui nous a permis de durer !

Si tu t’éloignes du centre, tu dois trouver un concept qui fera venir les gens. Un bar « pur » sera compliqué en dehors du centre.

C’est quoi le budget moyen pour venir passer une bonne soirée chez toi ? L’entrée et la bière de base sont à combien ?
L’entrée n’est pas payante ici. On demande aux gens de consommer au moins un verre. Il faut jouer le jeu ! Si tu veux continuer à venir écouter du son ici, il faut participer. Nos bières sont à 3 euros. On met aussi notre bar à disposition pour les cours de danse. Les cours sont à 5 euros !

Budget moyen pour votre soirée à El Cubanacan :
L’entrée est gratuite. Vous buvez toujours 3 bières pendant votre soirée car il ne faut pas abuser !
Entrée gratuite + 3×3 euros de bières = 9 euros pour une bonne soirée à El Cubanacan.
Si tu veux en profiter pour prendre un cours de danse, cela te coûtera seulement 14 euros (toujours avec 3 bières car danser donne chaud).
Toujours aussi abordable les soirées rennaises !

Comment tu vois la suite de El Cubanacan ?
On fait des soirées DJ tous les soirs, donc on va continuer. On aimerait bien reprendre les concerts de temps en temps, participer à des festivals, faire des concerts à certaines occasions.

Merci Federico.

Lire l’épisode suivant : l’épisode 16 avec Jean-Marie du Papier Timbré.
Lire l’épisode précédent : l’épisode 14 avec Annette du Terminus.
Lire tous nos comptoirs d’été (saison 1 et 2) : ils sont tous ici.

Propos recueillis par Cath
Crédit photo : Mozpic’s Mo

El Cubanacan : 26 Rue du 410 Ēme Régiment d’Infanterie à Rennes
Suivez l’actualité de El Cubanacan sur Facebook.

Soyez le premier à commenter