[I’m from Rennes] Rennes by Olivier Mellano

Olivier Mellano / Mona Soyoc © Richard Dumas

Cette année, le festival I’m from Rennes devait organiser une Vinyle Session, un moment exclusif où les spectateurs.trices présent.e.s devaient recevoir quelques semaines après le concert un vinyle du concert enregistré le soir même. Un souvenir gravé du concert de Mellano / Soyoc, ce nouveau duo hypnotique, qui avait fait un premier concert très remarqué en off des dernières Trans Musicales. Le duo est actuellement en plein enregistrement. A cette occasion, nous avons posé quelques questions à Olivier Mellano. Portrait rennais.

Rencontre avec Olivier Mellano.

Si je te dis Rennes, ça t’inspire quoi au niveau musical, au niveau culturel ?
Ces dernières années, j’étais beaucoup sur la route et je suis sûrement moins au courant qu’auparavant de ce qui passe à Rennes mais j’ai toujours l’impression que la scène musicale est toujours riche et assez diversifiée.

Peut-être qu’aujourd’hui les groupes se définissent plus par rapport à des courants existants plutôt que de chercher leur propre singularité mais c’est un phénomène global pas spécialement lié à Rennes.

Peux-tu me citer un groupe rennais en particulier qui t’a marqué ?
Je ne vais pas être très original mais c’est évidemment Marquis de Sade que j’écoutais au moment où je commençais à jouer dans des groupes et qui faisait rayonner Rennes d’une aura assez fascinante.

Rennes en une chanson, ça serait quoi ?
« Silent World » de Marquis de Sade.

Et Rennes en un album ? Tu as peut-être un album fétiche d’un groupe rennais que tu écoutes ou que tu as écouté en boucle chez toi ?
Toujours aussi peu original, ce serait « Rue de Siam » de Marquis de Sade que j’ai beaucoup écouté.

Où aimes-tu traîner tes oreilles à Rennes pour écouter de la bonne musique ?

Aujourd’hui c’est surtout dans la programmation des précieux réseaux associatifs que je trouve des choses intéressantes, on peut regretter que ces assos aient si peu de moyens.

Sinon, hormis quelques exceptions, j’ai toujours été surpris que la musique qui passe dans les bars n’ait jamais été le point fort de Rennes, ce qui est étrange pour une ville qui compte autant de musiciens et de mélomanes. Ça a peut-être un peu changé ces dernières années cependant.

Est-ce que tu as l’habitude de faire ton plein de musique chez un disquaire particulier à Rennes ?
Ici, on a la grande chance d’avoir plusieurs disquaires qui ont tous leur singularité.

J’ai une affection particulière pour les valeureux francs-tireurs de Blindspot ou des Enfants de Bohème qui creusent leur sillons chacun dans leurs styles.

Ton dernier coup de cœur rennais ?
La Battue. J’avais récemment découvert Yacht Club avec la formidable Yurie Hue et ça avait été une vrai claque.

Ton dernier concert « coup de coeur » d’un groupe rennais ?
Si on a le droit de considérer que Mnemotechnic est en partie un groupe rennais bien que composé de 2 brestois, je dirais que c’est leur concert au Marquis de Sade il y a quelques mois.

Et toi, ton dernier souvenir de concert à Rennes mais en étant sur scène et pas dans le public ?

Mon dernier souvenir de concert c’était lors des dernières Trans, dans le off du off, au bien-aimé Bistrot de la Cité pour notre tout premier concert crashtest avec Mona Soyoc.

Un très beau souvenir, un retour du public vraiment très intense. On devait remettre ça aux Tombées de la Nuit début juillet mais bon voilà…

Et si je te dis « I’m from Rennes » ? Qu’est-ce que ça t’inspire ?
Je crois bien avoir été toujours sur la route pendant le festival que j’ai donc toujours manqué. De l’extérieur ça m’a toujours semblé assez joyeux.

C’est quoi l’actualité dans les mois à venir pour toi ?
Le planning a été un peu rebattu, j’avais par exemple une importante création pour choeur avec l’ensemble Mélismes à Bruxelles qui est reportée à 2021. Mais si on parvient à se débarrasser du virus, il y a pas mal de choses en perspective : des concerts avec Coddiwomple dont l’album est sorti juste avant le confinement, avec NO&RD dont l’album sort à la rentrée, avec Mellano/Soyoc dont l’album est en cours d’enregistrement, des retrouvailles avec Arm au Jardin Moderne, quelques dates avec Arnaud Le Gouëfflec ainsi que des performances avec les écrivaines Hélène Frappat, Laure Limongi ou le scientifique Étienne Klein. Il y a aussi la sortie du film L’Oiseau de Paradis de Paul Manate pour lequel j’ai composé la musique. Du côté du théâtre, la création de la pièce Supergravité de Julien Mellano et la reprise de notre spectacle Rothko avec Claire Ingrid Cottanceau. Je vais travailler sur le prochain album de MellaNoiseScape, raccrocher les wagons avec Bed et vais chercher un éditeur pour mon dernier livre que je viens de terminer.

Merci Olivier.

Propos recueillis par Cath
Crédit photos : Richard Dumas

Suivez l’actualité d’Olivier Mellano sur son site : https://www.oliviermellano.com/

Soyez le premier à commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.