Labels d’été #16 : Azbin Records

azbin records

Dernier épisode de notre saison 02 sur les labels rennais avec Azbin Records, un label de musique garage au catalogue riche de très bons groupes.

Episode 16 : rencontre avec Xavier et Pierre de Azbin Records.

Comment et quand est née l’aventure de Azbin Records ?
Xavier : le label est né en 2011 à la suite d’une prospection pour trouver un label avec le groupe Le Pêcheur. On avait monté ce groupe dans lequel je faisais de la batterie et on cherchait un label pour la sortie de notre album. On avait eu quelques réponses mais personne ne voulait nous prendre. Je me suis donc lancé avec mon propre label sans trop savoir comment ça se passait. Je m’en suis ensuite servi pour mes autres groupes comme Régal, Animal Trophies et au fur et à mesure j’ai continué avec des groupes que je connaissais un peu moins. Il y a deux ans, je suis parti de Belgique, j’ai emménagé à Rennes, le groupe Régal s’est arrêté, je n’en pouvais plus, et Pierre m’a donc rejoint !
Pierre : je ne voulais pas qu’il laisse tout tomber, j’avais envie de faire quelques sorties avec lui.

Je n’avais jamais fait ça moi non plus mais l’expérience des groupes te permet de voir ce qu’il faut faire pour sortir un disque.

Tu ne sais pas tout à fait comment ça se passe mais tu apprends au fur et à mesure.
Xavier : tu débarques dans le monde de la Sacem, de la SDRM et tu apprends toutes les astuces. C’est déjà compliqué de financer un album tout seul.

Qui est derrière Azbin Records et comment sont répartis les rôles de chacun ? Vous êtes juste vous deux ?
Xavier : oui on est tous les deux. Pour ma part, je ne fais plus que les salons avec Pierre et quelques petites choses.
Pierre : on a une attachée de presse maintenant, elle s’appelle Clémence Vincent. Elle nous a contacté. Elle suivait le label depuis des années et elle nous a proposé de nous aider pour la promo du label. Elle fait un super boulot, elle est super motivée ! On a pas mal d’articles sur nos dernières sorties.
Xavier : c’est elle aujourd’hui qui porte le label. Moi je ne sais pas vendre. Même dans Sapin, on ne savait pas faire, on n’est pas des vendeurs. On ne sait pas parler à la presse du tout.

Comment vous choisissez les artistes avec qui vous allez travailler ? Comment repérez-vous les artistes ?
Pierre : on fonctionne de plusieurs façons. Il y a d’abord les projets des potes mais Azbin c’est plus un tremplin qu’autre chose.

Si tu sors cinq albums sur Azbin c’est que ça ne marche pas trop pour toi.

On ne fait décoller la carrière de personne mais si tu es un petit groupe et qu’on aime ce que tu fais, il y a des chances pour que tu sortes ton premier album chez nous. On est quand même dans une démarche de premier album.
Xavier : Kaviar Spécial, par exemple, ils ont sorti leur premier album chez nous et ont tiré le maximum de ce qu’on pouvait leur apporter. Ils sont partis chez Howlin Banana pour le deuxième.
Pierre : on ne court pas après le succès, on se fiche de savoir si un album va tout péter ou pas mais il y a des sorties qui aident bien pour financer les suivantes comme celle de Froth. Ca a aussi apporté de la notoriété au label et les gens ont acheté d’autres albums du label donc c’est bon pour tout le monde quand il y en a un qui marche bien. Aujourd’hui, la vague garage est un peu passée, on ne peut plus faire autant de sorties qu’avant mais c’est pas pour autant qu’on va faire autre chose juste pour aller vers un style qui marche mieux.
Xavier : ça ne se vend plus beaucoup aujourd’hui. On a plein d’albums de Kaviar Spécial dans nos caves alors que c’est quand même LE groupe de garage en France aujourd’hui. C’est pareil pour Carambolage, ça ne se vend pas beaucoup alors que c’est quand même super bon et qu’ils tournent !
Pierre : on pourrait faire de la prospection. On écoute pas mal de musiques, mais après il faut aller les voir en live, ça prend beaucoup de temps.

Azbin Records reçoit beaucoup de démos ?
Xavier : on reçoit des fois des lettres de personnes qui aimeraient faire des stages chez nous, les gens pensent qu’on est une petite boîte alors qu’on est un micro label !
Pierre : on reçoit pas mal de démos. Récemment, on a reçu une démo qui nous plaisait beaucoup mais le projet n’a pas l’air très viable. La musique est super mais derrière tout est flou. C’est dommage parce que la musique est d’enfer !
Xavier : on reçoit quand même pas mal de propositions qui sont hors sujet !

Il y a eu une fois un article de Villa Schweppes qui référençait les dix meilleurs labels français et on était cités dedans.

Les groupes tombent donc sur nous facilement et nous envoient des trucs qui n’ont absolument rien à voir avec ce qu’on fait.

Est-ce qu’il y a des critères de choix artistiques pour pouvoir « signer » chez Azbin Records ? C’est quoi la philosophie du label à part faire de la musique garage ?
Pierre : avant que les groupes nous contactent il faut qu’ils connaissent notre capacité, ce qu’on peut leur offrir ou pas. On fait ça en amateur, on a des petits moyens. Concernant le style, nos goûts évoluent un peu et sont de plus en plus larges.

Avant on ne sortait que du garage, maintenant on pourrait sortir du post punk et plein d’autres choses et c’est tant mieux.

Combien d’artistes sont au catalogue de Azbin Records actuellement ?
Pierre : on en est à la 31ème sortie ! Au niveau du nombre d’artistes, on n’a pas révisé. En huit ans, c’est un bon rythme mais on ne sort plus grand chose aujourd’hui. En 2019, on a juste sorti Carambolage et peut-être qu’on aura une sortie à la rentrée.
Xavier : au début du label, on s’était fixés deux sorties par an donc on tient le rythme finalement, on essaie de continuer.

Votre coup de cœur ? C’est une question difficile mais il y a peut-être un disque qui a eu une histoire particulière.

Xavier : Froth, c’est une opportunité qui m’est tombée dans les mains sans avoir quoi que ce soit à faire.

Ils sortaient un disque chez Burger Records et faisaient une tournée française avant la sortie de l’album. Ils cherchaient donc un label français pour avoir du merchandising pendant leur tournée. Ils ont eu leurs vinyles à leur première date à Rennes, tout s’est super bien calé et en plus ce sont des crèmes ! Et on vendait des albums aux Américains qui en voulaient avant la sortie chez eux. Et surtout leur musique est trop cool !

D’où vient le nom Azbin Records ?
Xavier : je suis un petit marrant moi ! Et le nom sonne très bien. A la base, je voulais un jeu de mots et j’adorais un label qui s’appelle Hozac Records. Je cherchais quelque chose avec le fait que les gens n’allaient pas écouter, le côté has been est ressorti tout de suite.

Pierre : c’est dans l’ADN du label de ne pas vendre nos disques !

Les groupes attendent souvent beaucoup des labels qui les signent. Pouvez-vous nous dire ce qu’un label comme Azbin Records attend d’un groupe ?
Pierre : quand on fait une sortie de disque, on déteste la pression. Si le groupe nous parle de son ambition, de ses attentes vis à vis de nous, la collaboration va être compliquée. Nous, on apporte un petit coup de main financier, un petit peu de promo et c’est tout. Quand on signe avec un groupe, on ne va jamais aller lui reprocher ensuite qu’on n’a pas vendu ses disques.

Le minimum c’est que le groupe existe et qu’il tourne même s’il fait juste deux tournées par an.

Xavier : quand tu décides de travailler avec nous, tu sais ce qui t’attend ! Tu dois continuer à faire ton chemin tout seul, ne pas compter uniquement sur le label. Le disque est là, il existe mais pour le reste c’est au groupe de faire le boulot. On attend beaucoup d’humilité de la part du groupe aussi, on ne promet pas la lune aux groupes. Si le groupe cartonne et qu’ensuite il part chez un autre label pour la suite, c’est le jeu et tant mieux pour le groupe !
Pierre : c’est sympa quand les groupes parlent de nous dans les interviews. Ca arrive quand on est en co-production que notre label ne soit pas cité dans les articles, c’est bien dommage, ça pourrait nous aider.

Etre un label indépendant aujourd’hui c’est difficile ? Comment voyez-vous l’avenir des labels comme Azbin Records ?
Pierre : c’est compliqué financièrement, même ceux qui ont des gros labels comme Born Bad, ils sont obligés d’avoir un travail à côté. Même ce label dont on parle sur Radio France et autres gros médias, il galère pour se dégager un salaire.

Xavier : les gens quand ils entendent le mot « label » ils pensent que c’est ton boulot à plein temps.

Pierre : les labels c’est exactement comme la vie des groupes, c’est totalement aléatoire. Peut-être que dans deux ans, on n’existera plus parce qu’on se sera plantés sur plusieurs sorties, ou tout simplement parce qu’on en aura marre. On est dans une niche et c’est tant mieux sinon le paysage musical serait bien pourri sans tous ces micro labels.

Azbin Records sort les albums sur quels supports ?
Xavier : globalement que sur vinyle. On a fait un CD récemment pour Titanic Bombe Gas. On avait pas de moyens avec ce groupe au moment où ils nous ont démarché. Ils ont donc sorti eux-mêmes le CD en faisant comme si c’était sorti chez nous. On n’a pas avancé un centime sur cette sortie.
Pierre : ils savaient très bien qu’ils seraient écoutés par le public de notre niche qui est très fidèle donc ils étaient gagnants aussi. On a juste servis de vitrine finalement. Tout le monde était content !

Selon vous, qu’est-ce qui fait un bon groupe aujourd’hui ? Qu’est-ce que vous pensez de la scène musicale actuelle ?
Xavier : pour être un bon groupe il faut que tous les membres du groupe s’entendent sincèrement.

Pour moi Sapin c’était un bon groupe parce qu’on s’est toujours super bien entendus.

Pierre : tu as de super bons groupes qui ne s’entendent pas du tout. La notion de live est primordiale aussi, il faut se prendre une claque pendant un concert.

Et la scène rennaise ?
Pierre : la scène rennaise est hors norme, elle est super dynamique et dans tous les styles. Par contre, actuellement il n’y a pas grand chose que l’on pourrait sortir sur Azbin Records. Après, on ne connaît pas tous les groupes, il y en a tellement !

Xavier : il y a eu beaucoup trop de décès de bons groupes rennais dernièrement.

Quelle sera la prochaine sortie de Azbin Records ?
Pierre : on ne peut pas en parler, normalement il y en a une de prévue mais ça n’est pas encore officiel.
Xavier : on va sortir des choses avec Galère, groupe dans lequel je joue avec Christophe de Chouette et Maxime de Regal. On vous promet monts et merveilles !

Merci Xavier et Pierre.

Propos recueillis par Cath
Crédit photos : Titouan Massé

Site de Azbin Records : https://azbinrecords.bandcamp.com/

Soyez le premier à commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.